Herritarrak est présent au conseil municipal d'Urruña depuis 1983.

          Forts de cette expérience, nous travaillons un nouveau projet pour notre village

             Un projet abertzale, ouvert, transparent,  social, écologique et solidaire.

        

    Nous connaître Quoi de neuf ? nous rejoindre    

     MERCI AUX URRUÑAR  QUI SONT DE PLUS EN PLUS NOMBREUX A NOUS FAIRE CONFIANCE ! 

                                                                                                                                                                            Filipe ARAMENDI            

Observations sur le projet de PLU 2018  

Nous souhaitons faire les observations suivantes sur le projet de plus que vous nous présentez.

 

I.                  Sur la prospective d'évolution de la population et de consommation foncière d’ici 2027:

 

a)      Sur l’évolution de la population :

Nous ne pouvons que réitérer les observations que nous avions faites lors du Conseil Municipal du 11 Décembre 2017 lorsqu'il s'était agi de débattre sur le PADD qui fixe les orientations générales du PLU à venir.

Nous nous étions alors inquiétés sur l'évolution de population prévue de 1,5 % par an pour les 10 années à venir, en rappelant alors que le taux annuel moyen de croissance retenu pour la même période par l’AUDAP n'était que de 0,4 % par an pour l'ensemble du territoire du Pays Basque.

Nous avions alors indiqué que même si ce taux était une moyenne, il était plus raisonnable de retenir pour notre Commune une évolution comprise entre 0,5 % et 1 % par an maximum.

Notre inquiétude est encore plus vive aujourd'hui lorsqu'on prend connaissance des chiffres évoqués dans le rapport de présentation de ce projet de PLU.

Ce rapport indique que :  

« La population municipale d’Urrugne a plus que doublé entre 1975 et 2017, pour atteindre à cette date 10 300 habitants. 

Durant la dernière décennie, de 2008 à 2017, elle a augmenté de plus de 25% et connaît une croissance moyenne annuelle de 2,57% ».

Nous rappelons que le PLU de 2007 actuellement en vigueur, prévoyait une évolution de 1,7 % par an.

On ne peut donc malheureusement que constater que cette évolution n'a pas été respectée et a été même largement dépassé.

Dans ces conditions, quelle garantie a-t-on aujourd'hui que vous respecterez ce taux de 1,5 % lorsqu'on constate ce que vous avez fait depuis 2008 ?

Rien ne nous permet de croire que votre équipe ne continuera pas sur ce rythme de dépassement qui est supérieur à 50%, ce qui, ramené à l’objectif de 1.5% prévu dans ce projet, entraînerait une croissance de 2.25% par an. Il faut baisser drastiquement ce taux et tout ce qui en résulte

             b) Sur la consommation de foncier :

Le rapport fait le constat « d’une consommation foncière totale de 112,7 ha entre 2007 et 2017. Sur les 112,70 ha d’espaces consommés en 10 ans, 103,79 ha sont des espaces agricoles naturels et forestier»

 Rappelons également ce que disait le PADD :

 « Depuis début 2007, 1 369 logements ont été créés sur la commune, dont 1 295 logements créés ex nihilo. La consommation d’espace totale pour l’habitat et les activités sur Urrugne entre 2007 et 2017 est de 113 hectares, dont 104 ha étaient des espaces agricoles, naturels et forestiers.

 La commune d’Urrugne, sensible au respect de ses paysages et de ses espaces agricoles et naturels, vise ainsi, à l’horizon 2027 une réduction de plus de 40% de la consommation d’espace annuelle moyenne constatée depuis 2007. 

Les espaces considérés comme déjà urbanisés, présentant un nombre et une densité de constructions significatifs hors agglomérations et village, seront délimités de façon à ne permettre qu’un comblement des dents creuses existantes » 

Le rapport précise également que : « Le potentiel des espaces libres évalué au sein de l’enveloppe urbaine est estimé à 32,71 hectares sur Urrugne, dont :

- 14,14 ha identifiés en tant que dents creuses

- 18,57 ha pouvant être dégagés par division parcellaire »

 Nos Commentaires : Le PLU de 2007 prévoyait 144 ha disponibles à la construction. Si 113 ha ont été consommés en 10 ans, cela veut dire qu’il ne resterait aujourd’hui plus que 31 ha de disponibles sur la base des chiffres du PLU actuellement en vigueur.

 Malgré cela vous nous présentez un projet prévoyant une croissance de la population et des logements très élevée, alors que le foncier disponible en 2007 ne permettrait pas d’absorber une telle croissance.

 Cela signifie donc que des espaces supplémentaires à ceux qui étaient prévus en 2007 seront ouverts à l’urbanisation !

 D’autre part, les chiffres avancés sur les objectifs de modération de la consommation d’espace et de lutte contre l’étalement urbain (page XXIX point 4.1.6 du rapport) ne sont pas très compréhensibles et laissent perplexes !!

 En effet il est indiqué sur ce rapport que :

 « Le zonage proposé par le PLU prévoit au final une superficie de terrains urbanisables totale de 59,73 ha, dont 38,85 ha sont actuellement des espaces agricoles, naturels et forestiers ». 

 Nos Commentaires : Le chiffre de 38.85 ha disponibles en terres agricoles d’après le projet de PLU est cohérent avec les 31 ha de disponibles évoqués ci-dessus, après consommation de 113 des 144 ha qui étaient disponibles en 2007. Par contre, on s’y perd un peu quand le PADD nous dit aussi que les besoins de consommation d’espaces agricoles et naturels seront au maximum de 62 hectares pour le programme de 830 logements de 2017 à 2027 (900 logements, moins environ 70 par réhabilitation). Le besoin en espaces agricoles, c’est 38.85 ou 62 ha ?

Quel chiffre est le bon ?  

Rappelons que de 2007 à 2017, 113 hectares avaient été consommés pour 1 295 logements, dont 104 ha étaient des espaces agricoles, naturels et forestiers.

 En outre le rapport indique :

 « Le PLU permet donc une réduction de la consommation d’espace naturels, agricoles et forestiers de 62 % au regard des surfaces naturelles, agricoles ou forestières consommées entre 2007 et 2017.

En outre, il favorise la densification, et par là même une gestion économe des espaces naturels, agricoles et forestiers, puisque moins de la moitié des surfaces constructibles (26,39 ha, soit 44,2%) se situent en extension des agglomérations et village existants : 33,34 ha, soit 55,8% des surfaces totales constructibles offertes sont situés au sein des espaces urbanisés et permettent donc une densification de ces derniers » 

 Nos Commentaires : On retrouve ici le même total de 59.73 ha en extension des agglomérations et village existants + la densification des espaces urbanisés, ce qui laisse penser que le PADD s’est trompé ou n’a pas été mis à jour. Ceci confirme aussi qu’aucune prévision de logements n’est prévue pour « les autres territoires » en dents creuses, vous laissant donc libre de faire ce que vous voudrez.

 Vous justifiez ces évolutions par les contraintes qui nous sont fixées par l'État notamment en matière de création de logements sociaux.

 Mais, une telle justification est très contestable.

 Rappelons tout d'abord que si le nombre de logements sociaux que nous devons construire pour répondre aux impératifs de la loi est très important, c'est en raison de la politique urbanistique qui a été menée par votre équipe et les précédentes, durant ces 25 dernières années.

 Nous répétons encore une fois qu'il existe bien d'autres leviers pour tenter de combler au mieux le retard en matière de construction de logements sociaux.

 Tout d'abord, il est aujourd'hui impératif que tout nouveau programme immobilier soit réalisé sous maîtrise d'ouvrage public, seule façon de maîtriser le nombre et la nature des logements sociaux que nous souhaitons réaliser, ainsi que la population que nous souhaitons loger dans ces logements.

 La lecture de votre rapport de présentation permet de constater que vous entendez continuer à confier la réalisation des futurs programmes immobiliers à des promoteurs privés en fixant simplement des quotas de logements sociaux.

 En effet le rapport indique (page VIII) :

 « Ainsi, en zone UA, UB et UC :

-        toute opération comprenant entre 10 et 49 logements devra comprendre à minima 50% de logements aidés, dont au moins 30% de locatif social (PLU, PLAI, PLS),

-        toute opération de 50 logements et plus ou de plus de 2 000m² de surface de plancher affectés à l’habitation, devra comprendre à minima 50% de locatif social »

Notre Commentaire : Pourquoi se limiter à 30% de locatif social dans le 1er cas ci-dessus ? C’est laisser 70% de logements à prix libre aux promoteurs.

 Si l'on veut vraiment mener une politique volontariste en matière de logement social, il faut :

            -Soit faire des programmes 100 % sociaux (deux seuls emplacements réservés pour cela dans le projet !)

             -Soit fixer des quotas plus ambitieux pour la partie sociale comme par exemple à minima :

                        - 40 % de locatif social

                        - 30 % d'accession sociale

                        - 30 % logements à prix libre.

 En outre, une politique beaucoup plus volontariste en matière de réhabilitation et d’optimisation de l'existant permettrait également la création de logements sociaux.

 Enfin, et pour conclure sur cette partie des évolutions prévues d'ici 2027, il nous semble particulièrement grave de prévoir de telles évolutions sans tenir compte de ce qui pourra être possible au-delà de 2027. En se basant sur de telles prospectives il n’y aura pas d’autres solutions au-delà de 2027 que de parcelliser des terrains déjà construits, ou surtout de rendre encore constructibles des zones agricoles, naturelles ou forestières. Après moi, le déluge !!!

       II. Sur les OAP (Orientations d’Aménagement et de Programmation):

a)      OAP en contradiction avec les principes des lois d’urbanisme :

Il convient de rappeler les principes qui sont désormais posés par les dernières lois d'urbanisme, et les évolutions de la loi « littoral » de 1986.

            -Constructibilité sur des zones déjà urbanisées ou proches de celles-ci (Centre bourg, différents quartiers qualifiés de zones agglomérées)

            -Interdiction de tout programme immobilier sur toutes les autres zones afin d’en terminer avec le mitage de notre territoire à cause des politiques d’urbanisme menées durant ces 25 dernières années.

Parmi les OAP qui sont présentées dans ce projet, deux d’entre elles ne nous semblent pas respecter les principes susvisés.

            - la n°5 prévue sur Berroueta-Herboure qui n'aurait en réalité pour seul objectif que de justifier par la suite le projet d’Antxoenea également situé sur HERBOURE (chemin de Xearbaita) en prolongeant la « zone agglomérée » vers ce lieu, et qui avait notamment servi de base au Tribunal Administratif pour annuler le précédent PLU de 2013,

            - la n°8 prévue sur OLHETTE Nord (terrain DESMAZEILLES) projet contre lequel une Association de riverains se mobilise en menaçant même d’un recours contentieux contre ce PLU.

Pour ce qui nous concerne, ces deux projets n'ont pas lieu d'être si l'on veut, comme indiqué dans le PADD, préserver nos espaces agricoles naturels et forestiers.

Par ailleurs est-il raisonnable de s'entêter sur un projet de PLU qui a toutes les chances d'être à nouveau soumis à la censure du Tribunal Administratif ?

 

b)      Emplacements réservés en vue de la réalisation de voies et ouvrages publics d’installations d’intérêt général ou d’espaces verts (page 311 du rapport)

 Le rapport indique sur ce point :

« Conformément aux dispositions des articles L.151-41 et R.151-48 du code de l'urbanisme, 104 emplacements réservés ont été délimités en cohérence avec les objectifs de développement futur envisagés sur la commune en matière de déplacements en vue de :

- La création de voies, routières et/ou piétonnes et d’espaces publics ;

- L’élargissement de voies ou carrefour existants ;

- La création d'un bassin de rétention d'eaux pluviales et ouvrages associés en vue de la prévention des risques

d’inondation ;

- La création d'un centre d'enfouissement technique de classe III. »déchets inertes

Nos Commentaires : Sont énumérés 104 emplacements qui seraient réservés pour des modifications d’alignements de terrain dont 74 élargissements à plus de 8 mètres de voies existantes qui concernent surtout des chemins. Ces chemins font pour la plupart moins de 4 mètres + les bords. La plupart sont suffisants pour la circulation. Les augmenter de 4 à 6 mètres signifierait qu’il faudrait supprimer bon nombre de haies et d’arbres qui sont essentiels à la biodiversité. Il s’agira d’une défiguration du paysage qui fait l’identité et la beauté de notre Pays Basque. C’est aussi démolir des murs et peut-être même des maisons. C’est devoir renforcer surement des berges parce que des chemins sont plus hauts que les terres latérales. C’est beaucoup d’enquêtes publiques pour justifier de l’intérêt général et beaucoup d’éventuels procès initiés par les riverains. C’est gaspiller des centaines de milliers d’euros qui ne pourront pas être consacrés aux multiples besoins nécessaires par ailleurs . Pourquoi ?  Au nom de quoi ? Quel monde voulons-nous ?

 Comme par hasard, parmi cette longue liste figurent :

 -        Le chemin de Xearbaita destiné à permettre l’accès du projet de lotissement d’Anxoenea à Herboure dont le permis a été annulé par le Tribunal administratif en 2014.

-        Les chemins de Corroal Baita et Jolimont de Haraneder destinés à permettre l’accès au projet envisagé sur OLHETTE Nord

 Nous rappellerons que le PADD prévoit dans ses orientations de « Proteger le cadre naturel et patrimonial constitutif d’une identité paysagère unique, depuis la corniche jusqu’a la Rhune » en relevant la nécessité de préserver :

« - 636,4 ha d’espaces boisés significatifs

- 31,8 Km de Haies… »

C'est donc pour ces différentes raisons (et d'autres que nous ferons connaître lors de l'enquête publique) que nous ne pouvons donner un avis favorable à ce projet de PLU qui constitue une véritable « fuite en avant » en matière d'évolution de population de notre Commune et de consommation d'espace agricole, naturelles et foncier sans prendre en compte le futur des générations à venir.

Les élus d’opposition : Philippe ARAMENDI, Danielle BARON, Marie Christine ELIZONDO, Nikolas REGERAT

 

 

 

 

 

 

 

 


Le Compteur électrique Linky arrive à Urruña   

ATTENTION DANGER!

 Contrairement à beaucoup de communes du Pays basque, Mme de Coral et sa majorité ne souhaitent pas prendre position sur l’arrivée du nouveau compteur électrique Linky sur Urrugne.

Notre maire préfère laisser ses administrés seuls face à ce sujet qui crée tant la polémique en France.  Pour un sujet où tout le monde est concerné, il est regrettable que la municipalité n’aie pas souhaité mettre de côté ses divergences politiques et travailler en collaboration avec Herritarrak.

L’arrivée des compteurs communicants dans nos foyers est un sujet complexe qui mérite d’être expliqué à la population. Enedis ne vous dit pas tout sur son projet Linky.

Tout le monde a le droit de connaître la face cachée de ces compteurs communicants. Refuser la pose de ces nouveaux compteurs est un droit et on ne vous le dit pas !

 Herritarrak prend donc ses responsabilités en organisant une réunion publique pour vous informer des conséquences néfastes de ces nouveaux compteurs :

- Risques pour notre santé (ondes électromagnétiques cancérigènes, électrosensibilité...)

 - Surveillance de votre vie privée. Ces nouveaux compteurs communicants sont capables de connaître nos habitudes de vie. Au travers du Linky et des futurs objets connectés, Enedis et ses partenaires pourront savoir, si vous allumez votre chauffage, vos appareils électroménagers ou et même si vous allumez les lumières...

- Coupure d'électricité pour les plus démunis sans possibilité de dialogue.

 - Dysfonctionnement de nos appareils électriques

 -  Augmentation de nos factures. Selon les associations de consommateurs, 40 à 60 % des foyers seront obligés d’augmenter leur puissance d’abonnement avec le Linky !

- Non-sens écologique en jetant au rebut 35 millions de compteurs en parfait état de fonctionnement.

 Pour parvenir à leur fin, les installateurs, payés au nombre de compteur changés, ne reculent devant aucune méthode (intimidation, mensonges, menaces, violation de propriété privée...).

Propriétaire ou locataire, vous pouvez refuser le changement de votre compteur, c’est légal !

Venez vous renseigner lors de la réunion publique organisée par Herritarrak le Vendredi 17 Novembre à 19h salle Posta à Urrugne.

 Ensemble refusons le Linky sur Urrugne pour le bien de tous.


http://img.over-blog-kiwi.com/1/48/83/90/20180906/ob_cc3a67_40573096-686679255027439-1084035911420.jpg


Et bientôt un nouveau fléau : les lignes à haute tension

 

 

L'année 2016 qui s'est achevée nous a conduits à la mi-mandat de Mme De Coral.                                   

L'appel du parquet contre la relaxe en septembre 2016 de notre première édile a vu les réquisitions de l'avocat général alourdir les peines Jarraia90361demandées. Le 23 Février le verdict tombait "choquant "pour la première magistrate fraudeuse, qui déclarait se pourvoir en cassation car condamnée à 4 mois de prison avec sursis et 10 000 € d'amende. "Pour me rendre mon honneur"affirmait-elle à la presse alors que l'avocate de la partie civile estimait à plus de 4 millions d'€ le bénéfice de la SCI d'Urtubie. Mais son honneur ne valant sans doute pas  le montant "des frais importants que cela lui demanderait " elle renonçait à son pourvoi fin Septembre.                                    

   Curieusement la presse locale à l'exception de Mediabask ne s'est pas ou très peu fait l'écho de ce renoncement, pas plus que les élus qu'elle avait elle même mis en cause dans la presse sans les nommer :« Une dizaine d’élus étaient également personnellement concernés par la modification du PLU. C’est inéluctable dans un village comme le nôtre. Les terrains rendus constructibles appartiennent forcément à un proche. »

 Vus les antécédents dans notre Mairie, nous avons bien entendu réagi  en demandant sa démission pour ne plus avoir honte "dans un village comme le nôtre". Les électeurs se laisseront-ils encore longtemps berner par des discours flous et des non-dits ?

Heureusement qu'elle entretient de bonnes relations avec les jeunes du village

Un parc d'attractions sur Larrun ?

« La montagne des basques » ainsi qualifiée par le Conseil Départemental des P.A est sous la menace d’un projet surréaliste promu par son président Jean Jacques Lasserre.  

Ce projet  selon lui,  fédérateur et visionnaire  se veut une réponse au défi touristique. Qualifié aussi de diamant brut, il sera un projet phare du plan montagne.

Il permettra de mieux préparer l’avenir,  de préserver un équilibre magique entre les promeneurs et la qualité environnementale, sans chercher à doubler le chiffre d’affaires  ni à doubler la fréquentation (sic !).

On commencera par valoriser et sécuriser le col de St Ignace en créant des parkings supplémentaires (+500 places)  et repenser l’espace d’accueil. Puis les 4 trains existants seront complétés par 2 trains neufs hybrides diesel !! De 364 000 passagers en 2016 on passerait ainsi à 546 000 ! Ensuite on reformatera, requalibrera l’accès en haut, en confectionnant une passerelle (5 M€)  qui contournera la moitié du pic avec vue sur la mer, un espace déambulatoire avec un point de vue magique ! Pour compléter le tout, il est prévu au sommet  des toilettes, la fibre optique et 3 wagons couchettes, un vrai parc d’attraction qui coûterait globalement 35,9 M€ HT selon l’ «étude de faisabilité ».

Le département  gère par le biais de l’EPSA, le « petit train de la Rhune » dont les bénéfices servent essentiellement à renflouer les déficits des stations d’altitude de Gourette et de la Pierre St Martin. Il est le seul en France à gérer des stations d’altitude et depuis la réforme territoriale n’a plus la compétence rail (qui reviendrait de droit à la région) ni celle du Tourisme.

 

 

 

 

 

 

 

Recherche d'or en Pays Basque!

Décidément notre territoire est très convoité, après le gel de terres pour la LGV, on veut "fouiller" notre sous-sol sur un périmètre de 126 km² appartenant à 11 communes voisines. Effet du hasard? l'aire de recherche a la forme d'un cercueil.

Voudrait-on déjà enterrer notre toute nouvelle communauté?

Encore un projet insensé que l'on veut nous imposer et qui a suscité une importante levée de boucliers

 Si vous n'avez pas vu Pièces à conviction de France 3 sur la pollution cachée par l'Etat et la société minière d'une mine dans les Cévennes, vous pouvez le voir ici :
http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-3/pieces-a-conviction/pieces-a-conviction-du-mercredi-20-janvier-2016_1267537.html

Devant la mobilisation, le projet minier en pays basque nord est abandonné

http://www.stopmines23.fr/devant-la-mobilisation-le-projet-minier-en-pays-basque-nord-est-abandonne/

 Aux dernières nouvelles Sudmines aurait déposé un recours

 


Azkaine anticipe le projet de la RHUNE ??


Projet de décharge de déchets inertes à Urruña


Communauté Pays Basque

Etude Compétences 

Étude Gouvernance

Etude Fiscalité  

Etude Conseil des élus/Acadie  

Etude UPPA      

Phases de la refonte  

Pôle territorial sud P B  

Les archives 

Compétences de la Comm d'Agglo Sud P B

Ondarkinak Les Déchets    

P.L.U  

S.C.O.T    

Axerizilo    

Santa flor/Florenia     

Putillenia     

Poulou   

Nos propositions en 2014:

  Démocratie Municipale   

 Logement & politique foncière

  Vie sociale

   Euskara  

Économie   

Environnement   

Scrutin municipal 2014 

LA LISTE 2014

Notre plaquette    

 

 

 

 

2016

2017

Intranet

herritarrak

 

 

PRESOAK 

 

GAZTEAK 

 

                       Nous nous inscrivons dans la revendication d'une collectivité territoriale spécifique pour Iparralde.Tous les peuples ont le droit de se déterminer librement en vertu de ce droit, ils déterminent librement leur condition politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel (résolution 1514 des Nations Unies)